traduire/translate

vendredi 12 octobre 2012

Jean Mambrino en sa dernière demeure

JEAN MAMBRINO, Londres 1923 - Lille 27 septembre 2012




 Si tu consens
à la candeur
du mouvement
qui t'efface
le oui de la lumière
est ta demeure.

( BLANC)






Papier pollué
décharge de lettres et de mots !


D'où surgit la hanche roulante
de la colline
et le peuplier qui ruisselle
sans laisser de traces
sur le ciel.
La mer ouvre l'espace
à deux battants, et crache :
sens sur ta face
la salive salée.
La neige enlève les cîmes
dans le bleu de l'oubli
au-dessus de nos rêves.
La goutte d'or-noir
du scarabée hésite
à bout de tige,
quand les convois de Géantes
flottent sans poids
au bord de l'infini.
Et les villes remplies d'yeux
et de mains et de cerveaux
qui cliquettent, s'allument,
(et de douleur à ras bord)
brûlent à l'air libre la matière de l'amour.


Sur la page le tremblement du jour :
Tu disais que les mots sont morts !


Jean Mambrino
ainsi ruse le mystère, José Corti éditeur 1983.




Ce poème de Jean Mambrino a été édité en prépublication dans le numéro 1 de la revue CORPS ECRIT intitulé L' écriture aux PUF en 1981.




Copyright photos Versus et édition José Corti pour les textes.


9 commentaires:

  1. Panne d'Ordi n'est pas panne d'inspiration et j'en suis heureux...

    J'aime aussi ces quelques vers de JM :

    « Se pencher sur le fleuve, qui est de temps et d'eau,
    Et penser que le temps à son tour est un fleuve,
    Puisque nous nous perdons comme se perd le fleuve
    Et que passe un visage autant que passe l'eau. »

    RépondreSupprimer
  2. vos mots me touchent comme les couleurs de l'arc-en ciel !
    merci beaucoup !

    j'aime ce texte de Mambrino !
    son regard, sa sensibilité, le mot juste
    comme une image,
    une aquarelle aux tons délicats et puissants à la fois!
    j'aime
    je partage avec vous le "feu" du weekend

    je me suis arrêtée au bord de la route hier pour
    mettre un arc-en-ciel dans ma "boîte" !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La lumière, "cet espace de l'esprit" un des thèmes récurrents de la poésir de Jean Mambrino.
      C'est pour cela que j'ai pensé à associer l'arc-en-ciel à la derniére demeure du poète.
      Un espace s'ouvre, les portes demeurent ouvertes..

      Supprimer
  3. Mais tu l'as trouvé, l'or au bout de l'arc-en-ciel !
    Bravo !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'or de l'ombre
      la mesure l'évidence de cette alliance
      entre les feuilles l'eau
      et ces fleurs qui se consument

      toute terreur ici se recueille
      et la mort même
      toutes les larmes de tous les coeurs
      toute l'attente de tous les mondes.

      Jean Mambrino, Ce sentier,(extrait), Sainte Lumière Desclée de Brouwer, 1976.

      Supprimer
  4. Quand on lit ça, on peut s'éteindre, heureux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'éteindre, oui, mais comme un feu follet?

      Supprimer

Merci de votre passage et de votre éventuel commentaire.Vous participez ainsi au dialogue et à l'échange sur ce blog!