traduire/translate

mercredi 28 septembre 2011

Labile, labial.

J.M. STAIVE œuvre originale


 "Le nom fixe, il arrête, il donne contour. Il recouvre. Il ne peut dire la dérive qu'en la figeant (sans provoquer l'échouage, mais en la stoppant comme saisie, ou en la surprenant comme sous un coup de projecteur). Comment le langage fera-t-il pour ce qui ne souffre ni limite ni visage? D'un écoulement perpétuel, comment rendre compte? D' autres hémorragies, le langage est venu à bout : il a cicatrisé avec les mots, il a pu parler par exemple de l'eau, en l'enfermant dans le récipient de son discours, il a enclos les nuages dans l'orbe du ciel. De ces objets en dérive, il a considéré l'ob­jet et laissé la dérive. Et si c'était déjà cependant approcher la dérive que de décrire ce qui en est affecté, que dire de la dérive elle-même, sans pas­ser par ce qu'elle affecte? Y a-t-il un langage pos­sible de la dérive, cette hémorragie d'une réalité devenue hémophile?
Voici.
Voici le monde muet, non par antécédence au langage, mais par évacuation du langage : un courant emporte les mots, l'écoulement les balaie, les engloutit, les noie. Ce monde muet est un monde du Déluge : purification, effacement des plis, table rase. Et les mots glissent, les voyelles sont inondées, les consonnes voient leurs fonda­tions s'ébranler. Perdre pied, pour celui qui parle, c'est alors se laisser submerger par sa propre logorrhée. Grandes eaux de paroles qui lavent et noient. Évacuation de ces grandes eaux à la fois faites de cette masse liquide de logorrhée et souil­lées par les mots qui s'y pressent. Évacuation des eaux usées pour laisser place nette, étouffement des sons articulés, place nette au silence : un silence bruissant encore, mais d'un bruissement  indifférencié, un bruissement de gommage : la dérive même, ce murmure sourd. Et son langage.
De cette subversion labile, où tout glisse et s'écoule, on parvient ainsi à ce fond où parle  l'hémorragie elle-même. Sur ce fond de murmure, sur cette place nette de mots articulés, peut alors naître une nouvelle articulation, mouvement des lèvres, d'abord timide, labial d'après labile, nouveau langage, sur fond de langage car dérive. Langage rafraîchi. "

Daniel Klébaner, Poétique de la dérive Collection Le Chemin Gallimard 1978.

24 commentaires:

  1. Les mots ne sont pas un rempart, ils glissent indéfiniment jusqu'à ceux qu'on veuille les emprisonner dans un cadre fixe. Ils ont aussitôt vite fait de s'échapper en semant le trouble dans l'esprit de ceux qui les lisent et les interprètent, sans la moindre certitude.
    Superbe dessin, une corps-rolle de mots vaporeux !

    RépondreSupprimer
  2. le langage de la dérive est un nouveau langage...frais donc , pas forcément audible par tous, riche, imagé, dream ou fight...c'est selon! pour la soeur de Candide ce sera dream bien sûre

    RépondreSupprimer
  3. Belle inondation de mots qui nous entraîne dans ses méandres. Et votre dessin n'est-il pas une invitation à se perdre dans ces rythmes liquides ?
    Superbe en tout cas !

    RépondreSupprimer
  4. J'ai toujours aimé le mot "labile" plus encore que "labial" d'ailleurs et le nouveau langage, langage rafraîchi après la logorrhée purificatrice oui, langage qui est autre forcément ( mais ni tout à fait un autre ni tout à fait le même ) murmuré davantage et comme dérivé après avoir perdu pied, les eaux usées expulsées, laisser faire le déluge ...

    Très belle illustration que votre oeuvre aux pétales bleus d'eau qui semble tourner mais doucement dans un peu d'or ...

    Merci aussi pour ce superbe texte déposé en deux langues que j'ai fort apprécié ...

    RépondreSupprimer
  5. @Saravati
    Voua avez les mots exacts, rafraîchissants en cette chaude soirée.
    Je retiens votre corps-rolle très évocateur!
    Merci et à bientôt!

    RépondreSupprimer
  6. @Gwendoline.
    Oui, frais comme un bleu pastel, I have a dream today!
    Belle soirée.

    RépondreSupprimer
  7. Claudine, à propos d' inondation il va me falloir arroser les fleurs de la terrasse, bien réelles celles-là et j' y laisserai quelques gouttes d' énergie. Pas une perle de rosée!
    Le rêve est liquide, ainsi celui des grappes que l' on vendange pas très loin...
    Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
  8. Véronica,
    Que de compliments au rythme des courants aquatiques! je les accepte avec lucidité et simplicité. Mais que de super commentatrices ce soir, pourvu que ça dure!
    A très bientôt.
    Quant au texte de V. Sereni, c' est comme une réponse indirecte à votre texte de F. Pessoa en liminaire sur votre blog.
    Que de la bonne compagnie.
    Ciao.

    RépondreSupprimer
  9. je crois que celui qui sait se servir des mots d'une manière habile, a tous les pouvoirs...

    RépondreSupprimer
  10. Si parfois dans les flots de mots on se baigne, puis se noie, ici, il n'en est rien... Avec pour guide cette fleur aquatique, on ne perd par le fil... de l'eau ;)

    RépondreSupprimer
  11. @***Isabelle***,
    Le poids des mots, d' accord! Et le choc des photos?
    Belle soirée à vous!

    RépondreSupprimer
  12. AH, le blÖg d' Ötli, les mots ne se baignent jamais dans le même flot! ( Pour paraphraser l' aphorisme fameux d' Héraclite.)
    Salut Cordial à vous.

    RépondreSupprimer
  13. l'eau salvatrice mais aussi parfois dévastatrice, féminin envahissant débordant qui ne demande qu'à être. Je suis bercée par ce bleu et cette logorrhée, je prends ma bouée avant l'hémorragie ;-)
    Très belle harmonie entre votre création et ce texte !

    RépondreSupprimer
  14. Oui Lautreje, quelle richesse thématique que celle de l' eau ( il faudra y revenir). Et le féminin envahissant, bonjour les dégâts ! ( Bon le masculin...il vaut son pesant de cacahuète aussi!)

    Et pour en revenir à la logorrhée, n' êtes-vous pas fascinée par les écritures délirantes et continuées de ces artistes marginaux qui revivifient les mots éculés, les mots laids, les mots sillons, les mots tifs et les monnaies des momies ramollies dans le feu de l' action pour leur rendre toute leur force d' impact.
    Bon je m' égare un peu..
    Mais qu' en pensez-vous?
    A bientôt!

    RépondreSupprimer
  15. chacun s'exprime comme il le souhaite, je pense qu'il y a de la place pour tout le monde...

    RépondreSupprimer
  16. Bonsoir Lautreje!
    Tout à fait d' accord avec vos propos!

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour et soyez la bienvenue Krystal!
    Luzern, un beau pays...
    A bientôt alors!

    RépondreSupprimer
  18. La thèse de Michel Scheider, (je viens de retrouver un vieil Esprit) "Baudelaire ou les années profondes" étaient que celui ci avait la hantise des l'images et l'impossibilité de traduire dans sa langue ce que voiyait sa mémoire...voir avec les mots...ce qui conduisit Baudelaire" habité par un peintre"... à l'aphasie...

    RépondreSupprimer
  19. Belle remarque et prolongation de réflexion laurence!
    Pour Baudelaire effectivement, c' est bien plus que du rafraîchi qu' il s' agit.
    Une véritable recréation, une authentique invention.
    Il me semble que chez lui, le symbole est convention et que l' Allégorie baudelaire, comme certains la désignent, est une invention, la forme-sujet d' une création poétique.
    Je reprends un passage de Michel Schneider dont vous avez mentionné l' œuvre fort à propos.

    " Baudelaire ne décrit pas les tableaux. Il les écrit, s' affranchissant de leur "livret", commettant volontairement ou non des erreurs dans la transcription verbale de l' œuvre picturale, condensant des éléments de plusieurs tableaux pour composer une image, déformant certains détails pour les mieux inscrire dans sa vision."

    RépondreSupprimer
  20. Non, non, cher ami. Les mots sont neufs et n'en finissent pas d'éclore et d'essaimer. Il faut les laisser s'accorder comme le veut le vent, ou encore la lumière qui en dessine chaque lettre en... langues bleu-ciel-de-mot. Des mots effilochés dans les nuages pour faire eau-pluie-gouttes éphémères dans le silence. Tip-tap-top. Ecoutez ! Ils réinventent le monde et font i-mages à l'étoile. J'aime les mots autant que l'eau, la terre et la lumière. Le langage est bien utile ou complètement inutile mais les mots-bleus font coque du vivre...

    RépondreSupprimer
  21. Mais christiane, les mots sont neufs lorsque l' on met en marche notre propre moteur à imagination. C' est ce que vous faites magnifiquement vous-même dans votre commentaire supra!
    Sinon ils sont rangé dans le dictionnaire, dans l' attente que nous nous en saisissions. Bien sûr que nous les dépoussiérons par le rythme de la phrase et sa syntaxe.
    C' est vous qui les faites briller comme un sou neuf!
    Vous savez bien que rien n' est plus troublant et merveilleux que lorsque les mots en perdent la parole!
    Belle fin de soirée à vous!

    RépondreSupprimer
  22. Love this! Have to look at it again and again. :)

    RépondreSupprimer
  23. @Monica Cate
    You can come here all the time you want and you will be always very welcome!

    RépondreSupprimer

Merci de votre passage et de votre éventuel commentaire.Vous participez ainsi au dialogue et à l'échange sur ce blog!