traduire/translate

vendredi 17 juin 2016

La pratique de l' art est-elle autophage?





Photographie Versus.

17 commentaires:

  1. De là à dire que la pratique de l' art est la fiente de la fiente, ce qui nous reste - le résidu - de la feinte?

    RépondreSupprimer
  2. Une allusion à l’œuvre immortelle de Jean-René Hissard ?
    http://www.lavoixdunord.fr/region/la-peinture-minee-de-jean-rene-hissard-prend-l-art-jna30b0n985299
    Il est vrai que de l'ironie à la feintise, il n'y a qu'un pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique exemple auquel je n' avais pas pensé!
      Et je remarque qu' à l' origine de son travail se trouve être les jardins ( entre autres )construits du Creusot. Il n' y a pas que de l' ironie, la fiente d' oiseau a construit d' une certaine manière notre monde en semant ses graines ailleurs. Quant à la feinte je pensais à la fameuse illusion nietzschéenne de l' art.

      Supprimer
  3. le coucou du cucul va sortir ? Jeux de nains jeux de vilains. Na!
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le coucou serait-ce le clic-clac photographique - scatto en italien - qui nous vaudrait une scatologie du voir?

      Bon, je ne suis aucunement nanologue!

      Supprimer
  4. Si le propriétaire de ce généreux fessier est un lecteur assidu de Rabelais, l'imprudent oiseau, placé comme il l'est, s'expose au sort funeste du torche-cul gargantuesque, célèbre épisode du chapitre XIII de l'immortel chef-d’œuvre, scandaleusement expurgé jadis de nos Lagarde et Michard ...
    Pour l'heure, on ne voit dans cette image que scatophagie et non autophagie, à moins de confondre, sans rime ni raison, nain et volatile...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L' image se mange elle-même, nous mangeons ( des yeux cela va de soi ) ce nain chiant comme l' oiseau mange ce que le nain "donne" de lui par derrière - mais de façon nette - et nous saisissons aussi l' oiseau de cette manière.
      L' excrément n' est pas visible, ce détail a son importance...

      Supprimer
    2. Pas plus que chez Manzoni qui le réduit à un titre inodore, mais sonore. Est-ce le spectateur qui est mis en boîte autant que ladite substance ? Nous gardons de l'enfance le plaisir de prononcer des "gros mots", comme s'ils avaient encore une force transgressive. A la longue, la merde n'impressionne plus personne, comme le mauvais plaisantin qui a trop souvent crié "au loup"...
      Est-ce aussi dans le registre du tympanisme qu'il faut entendre "l'art à l'état gazeux" de l'indispensable Michaud ?

      Supprimer
    3. "Pas plus que chez Manzoni qui le réduit à un titre inodore, mais sonore."
      Exact! On peut aussi évoquer à ce sujet le " à bruit secret " de Marcel Duchamp.
      Vous soulevez énormément de passionnantes problématiques dans votre réponse que l' on retrouve dans la lecture du De Immundo de Jean Clair Galilée 2004, que je vous répondrai dans la journée.
      Mais qu' entendez-vous par tympanisme?

      Supprimer
    4. Tympanisme ? Météorisme, si vous préférez.
      Aucun des deux n'est un courant artistique, on l'aura compris !

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Êtes-vous bien sûr de la signification du mot ouate?

      Supprimer
  6. La ficelle de l' artdimanche, 19 juin, 2016

    L' art baisse-t-il sa culotte au premier regardeur venu?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L' artiste, au moins gardera-t-il sa nue-propriété?

      Supprimer
  7. Et votre oiseau fait-il un bon QI, QI de l' art?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S' il s' agit d' un art qui gazouille, peut-être faut-il se référer alors à l' art à l' état gazeux de Yves Michaud?

      Supprimer

Merci de votre passage et de votre éventuel commentaire.Vous participez ainsi au dialogue et à l'échange sur ce blog!