traduire/translate

lundi 11 novembre 2013

En revenant de la Foire du Livre de Brive 2013





Au marché de Brive la Gaillarde trois beautés et un obsédé textuel !

Cela devient presque une habitude ce voyage à Brive, oh, pour la deuxième fois seulement, sinon il y a longtemps !

Cela me donne une occasion supplémentaire d' aller dire un grand bonjour au peintre Bernard Lachaniette et de voir dans sa demeure atelier du centre ville son travail actuel.

Mais auparavant, la Foire !







La pluie était de la partie et d' affronter la file d' attente me fit presque rebrousser chemin lorsque l' on m' interpella. Mon plâtrier ( les murs de mes deux appartements successifs furent refait de neuf grâce à sa dextérité d' artisan ) me fit ainsi grappiller une bonne cinquantaines de mètres de ce pèlerinage sous la pluie.

Presque une attente pour rentrer en classe...



L' ambiance toujours aussi étouffante, empressée comme une veille de fête de Noël avec des vendeuses et vendeurs de leurs propre cadeaux.







J' avais ma liste de priorités pour la visite mais comme tout grand distrait ou petit moustique attiré par la lumière et tout ce qui bouge, voilà que les Sœurs Girard faisait leur show pour leur succès : » La femme parfaite est-elle une connasse ? »

Là, c' était du lourd !

Et moi qui suis toujours en recherche d' un chartreux en lignée plus ou moins directe des sœurs Léger...












Bref, je m' approche du stand Flammarion, la première Beauté, où se trouve Hélène Grémillon, alerté par l' article plus que positif de Paul Edel sur son blog Près, loin. Peu de monde pour un samedi après-midi autour d' elle ( Pourquoi  Dominique Noguez avec son Une année qui commence bien n' a t-il pas été invité?)

Agréable, sympathique, pétillante d' intelligence et d' un charme certain l' accueil est plus que joyeux et j' ai même droit à des gestes rigolos avec ses mains que je prends en photo... Hélas, la photo n' a pas dévoilé cet instant... J' achète ! ( son livre..) J' apprends aussi de sa bouche gourmande que nous sommes du même signe zodiacal, hum...

Bon, j' ai lu son livre ( depuis samedi soir, j' ai lu et acheté les livres de tous les auteur(e)s visité(e)s ) et je le conseille vivement, ( moi qui suis plutôt un lecteur de poésie , de livre de critique d' art ou de philosophie ) bonne intrigue et quelques excursions typographiques, comme la montée des escaliers, par exemple, qui m' a plu. Et des passages très instructifs m' ont permis de donner un nom à des actions bien particulières narrées dans le livre de souvenirs de Régine Desforges sur lequel je vais bientôt revenir, la dendrophilie, par exemple.









Seconde Beauté du Salon de Brive, vraiment, Mélanie Chappuis avec son Dans la tête de...aux éditions Luce Wilquin. D' ailleurs avant de prendre ma photo, je lui est dit qu' elle était très jolie femme et elle est encore plus belle en vrai, croyez-moi !

Seule à son stand, elle griffonnait des espèces de crêtes de coq sur la tête d' un petit bonhomme ( en agrandissant la photo, cela se voit!) avec son stylo bille. On parle de son livre, elle me précise qu' elle est journaliste au journal le Temps en Suisse. Et je lui parle de G. Borgeaud mon ami, de Chappaz rencontré à Rodez avec Corinna Bille, de Jaccottet, bref d' écrivains helvétiques francophones...Livre là encore pasionnant malgré l' exercice de style plus que périlleux de se mettre mentalement à la place de personnages célèbres, anonymes ou people.





En consultant sur internet son CV, que ne suis-je tombé des nues en voyant ses photos ultra glamour avec le très beau Zep, papa du non moins célébrissime Titeuf ( vendu dans le monde entier ) dont je n' ai jamais consulté ni le moindre livre ni la moindre image !









La troisième Grâce, habituée des «  énhaurmes » succès de vente n' a pas changée depuis le temps d' une homérique émission de radio – érotisme et littérature - dans les années 80 que j' avais organisée lors d' un de ses séjours dans la maison de Louis Malle dans le Quercy.

Grand plaisir pour moi en effet de converser avec Régine Desforges pour la troisième fois et de pouvoir lire dans son essai biographique les moments pendant lesquels je l' ai rencontrée.

Notamment rue de l' Echiquier à Paris avant le Quercy.

Je travaillais en 1970 pour payer mes études de philo, juste au-dessus de ses bureaux entrepôts des éditions L' Or du Temps. L' endroit était encombré au rez-de-chaussée de caisses pleines de livres érotiques qu' elle éditait alors et expédiait dans le monde entier. Je la vois encore descendant les escaliers en sifflotant dans une jupe courte moulante...

Et certains membres du personnel des six étages qui piquaient quelquefois, lors de la pause du déjeuner, les livres «  défendus » dans les grandes caisses en bois !





Frédéric Mitterrand, était le plus proche voisin de Régine Desforges et écoutait en souriant notre conversation, bref j' ai acheté aussi son bouquin !








Et l' obsédé textuel, me direz-vous ?

C' est la surprise de fin de soirée !

Et il faut que je vous dise tout de suite que cet Arnaud Viviant m'a énervé avec ses critiques littéraires à la radio et je le lui ai dit...Et pourtant, je suis reparti avec ses deux derniers bouquins, Le génie du communisme chez Gallimard et son La vie critique chez Belfond.

Pourquoi ?

Même passion pour l' œuvre de Piere Bourgeade !

Versus



Photos Versus.
Œuvres de Bernard Lachaniette ( première et dernière photos ) courtoisie Galerie Le Cadre Cahors.

18 commentaires:

  1. Entre le bonhomme noyé dans les écritures et le gallinacé la fleur en bandoulière de Lachaniette, génial!
    Deux types de visiteurs de Foire?

    Anna

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Difficile de dresser une typologie des visiteurs de Foire aux livres...
      Entre la BD, les livres pour la jeunesse, les romans et les autobiographies!
      Des manques certains...beaux-livres, poésie, essais littéraires. L' offre semble se restreindre aux vedettes en tous genres et aux politiques...

      Supprimer
  2. eh bien, vous voilà paré pour les jours à venir avec des bouquins plein les bras ! que du bonheur !
    bonnes lectures....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu, que du bonheur, c' est vite dit!
      Les bouquins vite et agréablement lus de A. Viviant sont quand même truffés de formules répétitives, style " Bosser un ti peu" (sic) que l' on retrouve une bonne dizaine de fois dans son " La vie critique".
      Pour le reste...

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Vous voulez parler des filles, Manouche?
      ;)

      Supprimer
  4. Vous l'aviez promis ce compte-rendu et le voilà ! beau moment réjouissant hors les livres. Ces portraits de jolies femmes poudroient vos lectures passées ou à venir de charme comme ces petites tables d'écolier, d'autrefois... sous la pluie, que vous avez photographiées deux fois (avec ou sans foule) créant une rêverie solitaire dans ce lieu surpeuplé. Nostalgie ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " beau moment réjouissant hors les livres."

      Paradoxalement christiane il faut dire "parmi les livres"!

      Ils sont le canevas, la trame de ces manifestations, de ces attractions..de foire!
      Les frères Bognadoff, par exemple, je les ai observé posant, présence monstrueuse, avec des spectateurs assis sur le comptoir, effectivement à la place des livres.
      Foire qui d' un Chiraco-provincialisme s' est transformée en annexe des écrivains de la rue de Solférino avec l' ancien Maire qui fait " sa résistance"! Très drôle...
      La classe est vide, effectivement, contraste féroce avec la foule en attente ( 300 à 400 mètres...!) et aucune nostalgie sinon de constater que beaucoup d' entre nous ne veulent plus écouter, ne veulent plus apprendre mais se précipitent à la foire aux vanités.

      Supprimer
    2. Oui, des livres par milliers, des auteurs solitaires, qui s'ennuient et d'autres qui font le plein... Peut-on vraiment dialoguer avec un écrivain dans ce cadre... commercial ? Que cherche cette foule ? qui est dans cette foule ? Avez-vous lu une part de ces livres achetés ? Qu'en pensez-vous ? Les auriez-vous achetés, choisis sans cette manifestation. Je retiens quand même que le parcours était plaisant, là où vous vous êtes attardé...

      Supprimer
    3. En ce qui me concerne, j' ai pu dialoguer le temps que j' ai désiré avec avec les écrivain(e)s que je mentionne.
      Il n' y avait pas foule autour d' eux, sinon un phénomène de curiosité ( un peu animal de foire, c' est certain) avec Fréderic Mitterrand et Régine Desforges.
      J' ai lu tous les livres, ouf...sauf le F. Mitterrand qu' une amie a lu et qu' elle n'a pas trouvé terrible...
      J' avoue que je n' aurais acheté aucun de ces livres, hors contexte de la foire..Mais c' est constater ainsi que ce genre de manifestation joue à plein et efficacement son rôle!
      Le contact fut très positif avec le critique littéraire Arnaud Viviant.
      Un vieux mot français dit bien ce qu' est " être d' un commerce agréable "...
      Le dialogue dépend des interlocuteurs, contexte " commercial" ou non.
      Bien à vous.

      Supprimer
    4. Il faut préciser que d' autres photographies existent, celles de F.O.G. d' Amélie Nothomb, Serge Moatti, Vénus Goury-Gatha, etc...etc...
      Mais comme vous le voyez, il m' a fallu prendre un angle d' attaque particulier pour parler de cette manifestation...et ne pas être trop long!

      Supprimer
    5. Merci pour ce complément ! J'aime assez que vous mentionnez ce dialogue avec Arnaud Viviant...

      Supprimer
  5. What a nice post!

    Greta Hierst
    N. Jersey

    RépondreSupprimer
  6. Il y avait, comme qui dirait, du lourd ! (et des pépites légères, au milieu...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout en vrac, comme la vie, quoi!

      Supprimer

Merci de votre passage et de votre éventuel commentaire.Vous participez ainsi au dialogue et à l'échange sur ce blog!