traduire/translate

mardi 16 juillet 2013

Franchir le Rubicon






 MON EFFACEMENT

Quelquefois je m'efface entre deux paysages
la lune de ma vie
s'accroche aux arbres morts
la mer s'est endormie
les vagues n'aboient plus
le silence respire
et la nuit se soumet à la croix des étoiles.


Je m'efface merveille
et m'éveille surface.





Pierre Boujut, Nouveaux proverbes Rougerie éditeur 1973.







L'ensemble des photographies Versus. (Photo 1, vue d' hôpital .)



32 commentaires:

  1. N'allez surtout pas au bout de la métaphore. Restez sur la rive du rire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord, mais la métaphore nous "met dehors" mentalement et à chaque instant de sa lecture...
      Ciao!

      Supprimer
  2. Vous aviez déjà cité du Boujut je crois et en effet ce poète est remarquable, quel joli chiasme final et quelle belle restitution de cette envie occasionnelle de l' oubli, " je jalouse le sort des animaux stupides " disait Baudelaire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Baudelaire, toujours sublime orfeenix!
      J'ai lu pour l'occasion ( l'ai-je déjà cité?) la note wiki de Pierre Boujut et je garde pour moi l'amical souvenir de nos multiples rencontres dans les années 80, ses rites de séances de rasage dans le bureau, le breuvage de cognac " à sa façon" que l'on buvait dans un verre à peine passé sous un filet d'eau. Tout cela dans son bureau avec l'odeur très particulière de la ferraille entreposée juste à côté.
      Avec encore les tableaux de Gaston Chaissac collés négligemment sur les vitres de son bureau, sans souci spéculatif ni de conservation des œuvres, cela va sans dire de sa part, alors que je lui faisais remarquer les prix de ces tableaux sur le marché de l'art.
      Grand bonhomme!

      Supprimer
  3. à trop s'effacer...on finit par disparaître! la dernière photo, c'est la coupe de l'humilité ?

    RépondreSupprimer
  4. Il s'agit d'un chandelier dont on ne peut apercevoir les bobèches par effet de cadrage.
    Mais notre regard peut bien franchir ce "rubicon" entre l'objet réel et son ombre, n'est-ce pas?
    Que choisissez-vous?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je franchis! alea jacta est... je choisis l'ombre...en parfaite contradiction avec moi-même ??les bobèches me feraient fondre...

      Supprimer
    2. Là, vous venez de vendre la mèche...

      Supprimer
  5. J'en reste sans voix. D'un plaisir calme . Chut .

    RépondreSupprimer
  6. Réponses
    1. Merci de votre passage surtout!
      Et bienvenue.

      Supprimer
  7. Beau poème posé entre des nuages sur un toit brûlant et d'autres pris dans l'entrelacs des rameaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il "s'éveille surface" et c'est ce que j'aime.
      Pas vous?

      Supprimer
  8. Les mots sont-ils uniquement des "agents" de surface?

    Yann.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que non!

      Ce sont des agents secrets...
      Bàv.

      Supprimer
  9. Réponses
    1. Est-ce la passage d'un monde à un autre, Frédérique?
      Il existe des ponts pour cela, sans doute.
      Celui-ci authentique,
      http://www.la-croix.com/var/bayard/storage/images/lacroix/culture-loisirs/culture/actualite/franchir-le-rubicon-_ng_-2012-07-30-837011/26894472-1-fre-FR/Franchir-le-Rubicon_article_popin.jpg

      Et j' en ai connu les rives bien moins entretenues, avec des joncs et des détritus...Bon, il y a prescription!
      Bon dimanche.

      Supprimer
  10. Sans aucun doute (pour une fois !) et en toute confiance puisque qu'il faut quelque lumière pour déposer son ombre. L'hôpital et ses "meurtrières" ont ma préférence (je parle de la photo), quoique l'absence (dans le cadrage) des bobèches magnifie l'écoulement sans "retenue" des pleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce mur de l'infranchissable hôpital, du Verlaine revisité...?
      Bien belle journée!

      Supprimer
  11. Accord parfait entre la photo et le poème, j'apprécie beaucoup...
    merci de ta visite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon franchissement alors?
      Cordialement.

      Supprimer
  12. Je te remercie de t'être inscrite sur mon blog et je me suis permise de te taguer pour te connaître un peu mieux.
    C'est ici: http;//caurokea.blogspot.fr

    Bonne soirée.
    Marie-Paule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Me taguer?
      Me punaiser au mur?
      Là, il faut m'expliquer, j'ai la comprenette un peu difficile!
      Merci d'avance.

      Supprimer
  13. Réponses
    1. Merci!
      Mais en parcourant votre blog, derrière Une Angevine, assurément un ange se devine...
      A bientôt.

      Supprimer
  14. De ma lecture actuelle "Le Grain de sénevé"(Arfuyen) de Maître Eckhart la septième strophe de ce lied traduit de l'allemand par A. de Libera :
    "Deviens tel un enfant,
    rends-toi sourd et aveugle !
    Tout ton être
    doit devenir néant, dépasse tout être et tout néant !
    Laisse le lieu, laisse le temps,
    et les images également !
    Si tu vas par aucune voie
    sur le sentier étroit,
    tu parviendras jusqu'à l'empreinte du désert."

    Cheminer entre ce qui est et ce qui n'est pas encore, dont l'image, la forme engagée dans la matière, la connaissance. Alors les mots deviennent passage... Quelque chose va effleurer si on se déprend de ce qui est certitude dans un effacement progressif.
    Merci pour la qualité des textes choisis et pour les photographies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous Christiane pour votre écoute et votre présence attentive au sujet!

      Supprimer
  15. Ce poème m'émeut dans la simplicité des mots et la délicatesse de sa suggestion. La photo d'hôpital , contraste entre le jaune et le bleu, l'enfermement et la liberté, est superbe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " Et même à présent l'air envahit
      l'âme l'enserre défonce la vie
      et pèse."

      Vittorio Sereni
      Les instruments humains traduction de l' italien par Ph. Renard et B. Simeone Verdier éditeur 1991.

      ..A bientôt!

      Supprimer

Merci de votre passage et de votre éventuel commentaire.Vous participez ainsi au dialogue et à l'échange sur ce blog!