traduire/translate

mercredi 28 janvier 2015

Le noir est une couleur!




Œuvre originale de Jean Marie Staive suite à la sidération du début de janvier.

21 commentaires:

  1. Hommages croisés au dessin, à Pierre Soulages, et à Jean Suzanne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ainsi qu' au caractère ( noir ) d' imprimerie avec le développement de l' écrit, des pensées et de l' expression.

      Supprimer
  2. Le noir est une couleur; principalement du deuil .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais le noir ne fut pas uniquement une couleur négative comme nous l' explique Michel Pastoureau dans son Noir histoire d' une couleur Points Seuil.
      Au fil de sa longue histoire, le noir a aussi été associé à la fertilité, à la tempérance, à la dignité, à l' autorité. Et depuis quelques décennies, il incarne surtout l' élégance et la modernité.

      Supprimer
  3. un souvenir d'une pub, comme quoi le temps de cerveau disponible...
    http://www.lsa-conso.fr/mediatheque/5/9/6/000050695.jpg
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
  4. le noir te va si bien..
    fait vibrer les 'autres' couleurs!

    RépondreSupprimer
  5. Le noir couleur chez Matisse :
    La porte-fenêtre à Collioure.

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. " Pendant près de trois siècles, le noir et le blanc ont [donc] été pensés et vécus comme des « non-couleurs », voire comme formant ensemble un univers propre, contraire à celui des couleurs : « en noir et blanc » d'un côté, « en couleurs » de l'autre. En Europe, une telle opposition a été familière à une douzaine de générations et, même si elle n'est plus guère de mise de nos jours, elle ne nous choque pas vraiment. Nos sensibilités, toutefois, ont changé. Ce sont les artistes qui les premiers, à partir des années 1910, ont peu à peu redonné au noir et au blanc le statut qui avait été le leur avant la fin du Moyen Age : celui de couleurs authentiques."
      Michel Pastoureau, opus cité.

      Supprimer
  6. Mais oui, c'est une couleur! Le résultat d'un mélange; d'autres aussi le sont. Couleur du deuil chez nous jusqu'il y a peu de temps. La couleur de la grande élégance également pour certains et couleur suprême adorée par les gothiques. Certaines toutes jeunes filles sont si belles dans e style! Et puis des goûts et des couleurs ...Moi, puisque vous ne me le demandez pas;) je vais vers l'orange et le jaune très lumineux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant le noir, la couleur...

      Supprimer
    2. "En l'an 2000 plus de musique" Ferré dans Mister Giorgina.

      Aucun rapport mais ça m'est venu, je ne sais pourquoi.

      Supprimer
    3. Cela me fait penser à plus de dorure, plus de couleur, avant le blanc...!

      Le mythe de la Grèce
      blanche
      Histoire d'un rêve occidental

      par Philippe Jockey Belin éditeur 2013.

      " La Grèce antique a longtemps été réputée « blanche », car l'usure du temps avait effacé les couleurs ornant sculptures et reliefs, pour ne laisser que le marbre blanc. Dès la Renaissance, on célèbre la blancheur des statues exhumées et l'on en fait des copies, blanches elles aussi.
      Cet impérialisme esthétique du blanc trouvera une expression radicale dans les discours racistes exal­tant la figure de l'homme occidental blanc, fils de l'Antiquité classique. Les couleurs seront dès lors la marque dégradante de l'autre, du «métèque». Les dernières technologies donnent les preuves incontestables de la présence de polychromie et d'or sur toute la sculpture grecque, y compris le prestigieux Parthénon, icône suprême de la « Grèce blanche ». Pourtant, il y a encore des réac­tions incrédules, voire dégoûtées (trop «kitsch»!), et certains archéologues continuent de passer soigneusement au karcher les derniers témoignages du goût des anciens pour l'or et les couleurs."

      Philippe Jockey, ancien membre de l'École française d'Athènes, est professeur d'histoire et civilisation grecques à l'Université d'Aix-Marseille. Ses recherches pluridisciplinaires sur la polychromie et la dorure de la sculpture antique l'ont conduit à s'interroger sur les raisons d'un tel refus des couleurs - déni esthétique, mais aussi politique et idéologique.

      Supprimer
    4. En ce qui concerne le "mythe" de l' incidence du blanc dans la sculpture, Philippe Jockey cite Roland Barthes dans ses Mythologies (1956) :
      "Le mythe a pour charge de fonder une intuition historique en nature, une contingence en éternité."

      Ne laissons donc pas mythifier la couleur noire!

      Supprimer
  7. Et Jean-Marie Staive le prouve :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chaque œuvre doit peut-être lui être une épreuve avant d' être une preuve?

      Supprimer
  8. Réponses
    1. Aimer, est-ce uniquement donner des "preuves" d' amour?
      L' artiste ne parle pas, il crayonne sur une paroi parfois surprenante!

      Supprimer
  9. aucune idée: je ne suis pas une artiste, je m'en balance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un "cœur" qui balance?
      Le doute et la surprise à chaque pas...!
      ;)

      Supprimer

Merci de votre passage et de votre éventuel commentaire.Vous participez ainsi au dialogue et à l'échange sur ce blog!